Les principaux symptômes en rythmologie sont des palpitations (sensation de battements cardiaques rapides, ou irréguliers, ou forts, etc.), des malaises ou des syncopes. L’interrogatoire et l’examen clinique peuvent orienter vers une cause particulière mais il est indispensable de parvenir à « documenter » le symptôme à chaque fois que possible, c’est-à-dire de pouvoir enregistrer le rythme cardiaque durant le symptôme.

Tout commence par l’électrocardiogramme (ECG) et se complète bien souvient par un enregistrement de plus longue durée (appelé Holter). Les enregistreurs d’événement sont utiles quand les symptômes sont peu fréquents, moins d’une fois par mois. L’exploration électrophysiologique est enfin un moyen de tenter de reproduire le trouble du rythme quand les moyens non invasifs ne peuvent ou n’ont pas réussi à le « capturer ».

Ces examens s’intègrent en général dans une démarche diagnostique globale, comprenant habituellement une échographie cardiaque.